Est-il permis de se raser la barbe ?
Comment se conformer à la Halakha ?
Qu'en est il du rasoir éléctrique ?

Comme nous le savons, il est strictement défendu de se raser la barbe avec un véritable rasoir, et celà constitue une grave transgression d’un interdit de la Torah. D'ailleurs, celui qui commet une telle faute ne doit pas être désigné comme Chaliah’ Tsibbour (officiant) pour acquitter l’assemblée de leur devoir, car il transgresse avec mépris l’une des lois les plus graves de la Torah. Le châtiment d’un tel individu est écrit de façon explicite dans le Zohar Ha-Kadoch ainsi que dans les ouvrages des Kabbalistes qui affirment qu’un tel acte représente véritablement une des plus lourdes et des plus terribles fautes de la Torah.

Dans la Torah (Vayikra 19) il est dit : « Vous ne couperez point en rond les coins de votre chevelure et tu ne raseras point les coins de ta barbe », et la Guémara Makkott (20a) explique que l’on est condamnable uniquement si l’on a rasé la barbe avec un rasoir (c'est-à-dire une lame), et uniquement s’il s’agit d’un rasage qui provoque une destruction du poil, mais s’il s’agit de se raser avec des ciseaux, même si le résultat de ce rasage ressemble à celui du rasage à la lame, il n’y a là aucun interdit selon la Halakha.

Telle est également l’opinion de la majorité nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale), que du point de vue de la Halakha il est permis de se raser la barbe avec des ciseaux, même si l’on rase de près. C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (Yoré Dé’a chap.181) qu’il est permis de se raser avec des ciseaux qui ressemblent à un rasoir.

Tout de même, par mesure de piété (Midatt Hassidout), il serait bon d'adopter l’usage de ne pas se raser totalement et de laisser sa barbe pousser légèrement en se contentant de la tailler de façon propre et esthétique.En agissant ainsi, on s’acquitte de tous les avis.

Ces dernières générations ont vu apparaître plusieurs nouveautés dans le domaine du rasage de la barbe par le biais de rasoir électrique.

Il est vrai que des Grands d’Israël ont catégoriquement interdit l’utilisation de cet appareil, et parmi eux le Rabbi Israël Meïr de Radin (le H’afets H’aïm) zatsal. Malgré tout, de nombreuses autres sommités de la Halakha avaient l’usage d’autoriser l’utilisation du rasoir électrique. Et ce sujet fait l’objet d’un grand débat dans les propos des décisionnaires contemporains.

La raison essentielle pour l'autoriser reste l’argument que nous avons cité, c'est-à-dire : même s’il est interdit de se raser la barbe au moyen d’une lame, malgré tout, lorsqu’on se rase avec des ciseaux, même si le résultat ressemble au résultat d’un rasage à la lame, il est quand même permis selon le strict Din de les utiliser pour se raser.

En effet, le rasage s’effectue ainsi : Quand la lame qui tourne rencontre le poil, elle ne le coupe que lorsqu’elle heurte le morceau de métal (de la grille) qui se trouve face à elle. A ce moment-là, le poil se trouve coincé entre les deux et se coupe.

Tetes de lames conformes à la Halakha

Ainsi, l’appareil n’atteint absolument pas la peau du visage, puisqu’il y a une grille qui fait séparation entre les lames et la peau du visage, afin d’éviter des blessures à la personne qui se rase. Il n’y a donc là aucune crainte de véritable rasage interdit par la Torah, et cela ressemble plutôt à n’importe quel traitement de la barbe au moyen de ciseaux, avec lesquels il n’y a pas le moindre risque d’interdiction puisque les ciseaux ne rasent pas totalement la barbe. C’est ainsi que tranchait le Gaon notre maître Rabbi Tsvi Pessah’ FRANCK zatsal, qu’il y a lieu d’autoriser l’utilisation du rasoir électrique en faisant simplement attention à ne pas appuyer fortement l’appareil contre le visage, afin qu’il n’y ait pas de risque que les lames touchent véritablement le visage, et selon ces conditions, on peut autoriser.

Cependant, aujourd'hui la majorité des rasoirs électriques posent un nouveau problème avec la Halakha, du fait qu'ils compportent deux parties : Une lame, et un morceau de métal fin situé face à celle lame, servant de lame souple ou d'ascenseur.

À côté de chaque lame, il y a un petit morceau de metal fin ! Les flèches rouges montrent ces morceaux de métal fins, type « ascenseurs ».

En effet, les fabricants de rasoirs électriques, constamment à la recherche d’un résultat de rasage « de près », désirent que les lames du rasoir soient le plus près possible de la peau du visage. Afin d’atteindre cet objectif, ils ont conçu une grille souple et extrêmement fine, qui fait séparation entre la lame et la peau du visage. Or, étant donné que la peau du visage est quelque peu élastique, le fait d’appuyer l’appareil contre le visage peut entraîner la peau vers la lame qui coupera immédiatement le poil, exactement comme l’aurait fait un rasoir manuel dont l’utilisation est interdite par la Torah.

À cause de cela, certains Grands décisionnaires de notre génération ont fait remarquer qu’il était souhaitable de ne pas utiliser ces appareils. Mais d’autres Grands décisionnaires ont autorisé pour différentes raisons.

Du point de vue de la Halah’a, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit que celui qui s’autorise l’utilisation du rasoir électrique dans une situation de grande nécessité – comme pour des raisons de Parnassa (subsistance matérielle) ou pour des raisons de Chalom Baït (la paix au foyer) – cet homme a sur quoi s’appuyer du point de vue de la Halah’a. Mais ceci à une condition : il doit veiller à ne pas appuyer fortement l’appareil contre la peau du visage, afin que le poil ne soit pas coupé par la lame elle-même au contact de la peau du visage, comme nous l’avons expliqué.

Mais puisqu’il s’agit de choses qui touchent une interdiction de la Torah, il est bon et juste pour celui qui en a la possibilité de raser sa barbe avec un appareil qui ne comporte pas ce type de risque.

D'ailleurs, suivant le modèle du rasoir, il est possible "cachériser" vos têtes de lames en retirant cette fameuse lame souple, au moyen d'une mini pince, comme suite.

Pour rendre cachere son rasoir electrique, il faut necessairement retirer les morceaux de métals fins.

En conclusion, rappelons nous que cette prescription de ne point se raser la barbe ou les Péot (ou papillottes) figure clairement dans le livre se notre sainte Torah, et elle relève principalement de l'injonction de ne pas imiter les peuplades idolatres, et de s'en différencier... Et c'est ainsi que la Halakha (de la racine hébraïque halakh, « aller ») a su nous unir et nous guider à chaque époque, en répondant à nos nécessités quotidiennes, tout en respectant la parole de Dieu.