A Avihaï AMAR – Av 5774
Qu'Hachem te protège mon fils, pour que tu puisses suivre le chemin des Tsadikim VaHassidim Yr'é Shamaïm,
t'eloigner du mal et faire le bien, toujours dans la Sim'ha et la Emouna... Amen !

HM, Ad Mataye !
Ce jeune du 9 Av est plutot long et difficile, car rappelons le celà fait 1946 années d'exil,
Et pourtant la porte de la délivrance est juste là dans nos coeurs, pour tout transformer en joie et bonheur,
A mes frères et sœurs qui n'écoutent plus leur cœur, qui sombrent dans la peur, et se coupent du vrai bonheur,
Etiez vous tellement blessés, de voir vos volontés non exaucées, pour faire de votre bras cassé, une main desséchée !
Incapables de discuter, pour envisager une autre opportunité, vous gardiez la bouche fermée, la langue collée au palais !
Est ce que le 9 Av dans votre vie, serait tombé dans l'oubli, parce que vous pensiez avoir tout compris, que seules priment vos envies ?
Où est votre grandeur d'âme, messieurs et mesdames, arrêtons donc tous ces drames, et rallumons nos flammes,
Sachons placer notre âme au dessus du corps, pour reconnaitre nos tors, et amèliorer notre sort,
Il est temps de se réveiller, de tendre aussi la main à nos mal-aimés, et d'ouvrir sa bouche pour parler d'amour et de paix,
Seule notre Ahavat Israël fera plier le ciel, pour nous combler de merveilles, dans la terre où coule le lait et le miel,
Renforçons nous en Emouna et en Torah, et Hakadoch Baroukh Hou nous aidera, en hâtant ce jour là, où Machia'h nous délivrera,
Jerusalem on t'aime et on te contemple, saches que nous ferons tous ensemble, ce qu'il faudra pour reconstruire notre troisième Temple...

Si je t'oublie, ô Jérusalem, que ma main droite se dessèche ! Que ma langue se colle à mon palais si je perd ton souvenir, si je ne mets Jérusalem au sommet de ma joie.
Aujourd'hui, le 9 av 5774, cela fait 1946 ans que notre second Temple a été détruit à cause de la Sin'at 'Hinam. Et il ne tient qu'à nous de le reconstruire immédiatement, avec la Ahavat 'Hinam !

kol touv
Yoël

Les trois semaines de commémoration de la destruction du Telmple soulignent fortement à chaque juif que la longueur de l'exil ne doit pas provoquer le découragement ce qu'à Dieu ne plaise, mais, bien au contraire, apporter la prise de conscience de l'immense élévation que cet exil apportera. Et cette prise de conscience sera suivie d'un effet concret, en renforçant chacun encore plus clairement dans le domaine de la Torah et des Mitsvot, avec un ajout au-delà de l'habituel, afin de compenser la chute, au delà de l'habituel, de ces trois semaines et de long exil. De la sorte, on saura qu'il n'y a pas lieu de s'affecter devant l'obscurité de l'exil. Bien au contraire, en multipliant la Torah et Mitsvot, on le supprimera totalement et l'on provoquera la délivrance véritable et complète.

(Discours du Rabbi, Sefer Ha Si'hot 5750-1990)

... Et vous connaissez la proclamation du Tsema'h Tsedek : "Alef, Beth, Ahava (amour), Berakha (benediction)". Plus vous développerez le Alef et plus Hakadosh Baroukh Hou accordera le Beth. Pour des personnes comme vous il est surement inutile d'en dire plus.

En ces jours qui se transformeront en joie et en allégresse, comme le prophète nous en a donné l'assurance, on peut réparer la cause de ce dernier exil, énoncée par nos Sages, au traité Yoma 9b : la Haine gratuite. Cette réparation la transformera d'une extrème à l'autre, de sorte que l'obscurité deviendra lumière, l'amertume sera douceur. Il y'aura beaucoup de paix, beaucoup d'amour et donc beaucoup de bénédictions, matérielles et spirituelles.

Dans l'attente de bonnes nouvelles en tous les points qui viennent d'être mentionnés, chacun dépendant de tous les autres.

(Iguerot kodesh lettre 2844 – 3 Menahem Av 5714)