Appel D'Offre Pour Les "Personnages"
De cette année !


Je vous invite à découvrir cette énorme leçon de Vie, une réflexion pour le Am Israël, qui permet de réaliser ô combien nous pourrions être « grands » et « dignes » dans nos relations avec autrui et dans notre service divin...
Telecharger

Dans le "Pirké Avot", Raban Gamliel nous recommande : « Assé Lekha Rav », c.a.d de toujours consulter un « Rav » pour ôter nos doutes sur une Halakha (loi juive), mais aussi pour prendre conseil lorsque se présente à nous un choix difficile ou délicat, et que nous souhaiterions profondément nous conformer aux valeurs de notre sainte Torah. Sans cette démarche auprès d'un Rav, le Yetser Hara’ n'hésitera pas à nous induire en erreur et à nous éloigner de l’essentiel : notre vraie « projet de Vie ». Pour souligner l'importance de cette recommandation de la Torah, surtout pour les personnes qui la trouveraient inutile, découvrons cette histoire vécue par le Grand « Ba’al Moussar » (enseignant de morale juive) de notre génération, le Rav Shvadron z’’l.

Un jour, sur son chemin le menant à la « Yeshiva », ce Rav remarqua au loin que tous les piétons changeaient précipitamment de trottoir la main à la bouche, pour s’éloigner au plus vite d’un chantier public.

En s’y approchant à son tour, le Rav remarqua effectivement qu’une odeur nauséabonde se propageait d’une grande ouverture d’égouts, et alors qu’il s’apprêtait à accélérer le pas, il entendit soudain en provenance de ce trou, quelques paroles et des rires aux éclats…

Intrigué, il décida de voir qui pouvait s’y trouvait à l’intérieur ? Et là, le spectacle fut troublant, car il s’agissait de deux employés qui prenaient tranquillement leur pause déjeuner comme si ne rien n’était, et se détendaient en discutant et en rigolant naturellement !…

Une fois arrivé à la « Yeshiva », convaincu selon notre « Emouna » que rien n’arrive au hasard dans ce monde ci, le Rav se demandait en quoi cette scène qui se déroula sous ses yeux pouvait lui porter un message de « Vérité » ? C’est alors que lui vient à l’esprit cet enseignement qu’il dispensa aussitôt à ces élèves :

Si une personne se laisse (inconsciemment) aller dans le mal, l’envie, l’orgueil, la haine, la jalousie, la rancœur, la violence, le mensonge, la cupidité, l’égoïsme, la grossièreté, la petitesse, la bassesse, la pourriture, l’impureté, les égouts…

Alors, elle altérera progressivement et inévitablement la sensibilité des « Sens » de sa « Nechama Téhora », et finira par s’y accommoder en baignant dans ce qu’il y’a de plus nauséabond, tout en se laissant persuader d’être dans le cadre le plus naturel, voir même "idéal". Surtout si elle n'a jamais pris la peine d'interroger nos « juges » (Rabbnim/Tsadikim) pour savoir si elle était sur la bonne voie.

Et ce, jusqu’au jour, où Dieu dans sa miséricorde décidera de la confronter à la réalité au travers de « L’épreuve » qui la remettra sérieusement en question, et face à laquelle elle sera invitée à faire de son propre grés « Le Choix » qui lui permettra enfin de « se réaliser » !


"La cause de l'exil est la faute de la haine gratuite et sa guèrison, la délivrance, dépend du sentiment inverse, de l'amour gratuit et de l'unité la plus parfaite... L'essentiel du service de Dieu, en exil, en cette pèriode du talon de Machia'h, consiste donc à renforcer et à intensifier la responsabilité collective d'Israël, l'amour du prochain et l'unité du peuple. Une action accrue en ce sens provoquera la venue immédiate de Machia'h." (Rabbi, Likoutei Si'hot)

Qu'Hachem puisse nous aider à y parvenir et à nous faire grandir dans notre Emouna, pour parcourir notre bout de chemin ici bas en restant fidèles aux valeurs de notre sainte Torah de vie.

'Am Israel Hai.
Yoël