Parents Toxiques

A Avihaï AMAR
Qu'Hachem te protège mon fils, pour que tu puisses suivre le chemin des Tsadikim VaHassidim Yr'é Shamaïm,
t'eloigner du mal et faire le bien, toujours dans la Sim'ha et la Emouna... Amen !

Les parents toxiques sont des parents qui créent (de façon inconsciente) une relation de dépendance de leur enfant vis-à-vis d'eux, en l'enchaînant psychologiquement et en l'empechant d'exister comme un être à part entière. Cet article est une invitation à la réflexion sur le niveau de dépendance enfant-parent, qui d'une part devrait inciter chaque enfant (une fois adulte) à s'interroger sur le vrai but de son existence, et qui d'autre part, devrait attirer l'attention de ces parents "toxiques" qui se confortent malheureusement dans leur rôle de dominateurs (voir même "d'abuseurs"), et les inviter desormais à prendre conscience de leur grande responsabilité d'educateurs-parents vis à vis d'Hachem, tout en gardant à l'esprit qu'il n'est jamais trop tard pour réparer (avec inévitablement le soutient de vrais professionnels).

Lorsqu'un parent porte tous ses espoirs de "bonheur" en ses enfants, il se retrouve à jouer la plante : Il incruste ses racines en eux pour puiser égoistement sa source d'energie et detourne leur propre vitalité de sa vraie fonction qui est de permettre à ses enfants de grandir, et de devenir des adultes épanouis et autonomes.

En général, la mère est plus prédisposée au risque de ce type de relation fusionnelle qui detourne la vitalité de ses enfants jusqu'à les affaiblir, voir même les détruire ! Quant au père qui fait en général figure d'autorité, s'il instaure un climat de crainte excessive pour une invitation à la "soumission générale" de sa famille, il etouffe la vitalité de ses enfants qui ne pourront pas s'épanouir correctement.

Si certes, il n'est pas évident pour un parent de trouver le bon équilibre et de ne pas tomber inconsciement dans l'extrème, il est plus qu'urgent d'encourager un enfant issu d'une telle "famille toxique" à se remettre en question une fois adulte et à se soigner, surtout lorsque son mal être a des incidences graves sur son bonheur et l'équilibre de ses proches, de son conjoint, ou de ses propres enfants.

A notre époque en particulier, il est fréquent de rencontrer des personnes adultes, intelligentes, rayonnantes, sensibles, et qui aspirent à de belles valeurs, avec qui il semblerait possible de bâtir des projets, mais qui bizarrement, deviennent très vite inéxistantes lorsqu'elles sont invitées à prendre une décision, car elles se trouvent dans l'incapacité de décider d'elles mêmes, et se tourneront inévitablement vers leurs parents qui décideront pour elles !

Une fois, un jeune-homme fréquentait en chidoukh une jeune fille, avec qui la relation semblait plutot agréable. Mais il ne sentait pas la jeune fille complétement épanouie dans leur relation, et lui demanda sincèrement ce qu'elle ressentait.

Que fut grande sa surprise lorsqu'elle lui avoua qu'il n'etait pas le type de garçon qu'elle recherchait, mais qu'il serait trop dommage de mettre fin à leur chidoukh car sa mère (à elle) apprèciait tant le jeune homme qu'il était !!

Bien entendu, cette jeune-fille ne réalisait même pas l'absurdité de sa rèponse, et le jeune-homme mit aussitot fin à cette relation, tout simplement parceque son "projet de vie" ne consistait pas à plaire à sa future belle mère, et encore moins à vivre avec elle ! :-)


Aujourd'hui, malheureusement la réalité est bien pire pour des couples déjà mariés, lorsque l'un des conjoints ne coupe pas le cordon avec ses parents, et préfére anéantir son propre foyer, tout simplement parceque sa moitié ne se rallie pas à sa famille toxique.

Une fois, dans le cadre d'un divorce très conflictuel qui dura plusieurs années, le comble de l'absurde était de voir un père medecin pratiquer lui-même sur sa fille mariée des séances de psychothérapie, à l'issue desquelles cette derniere affirmait se sentir "beaucoup mieux".

Et pourtant, cette psychanalise avec des traitements médicaux "appropriés" étaient la cause de ses acharnements pour destruir son foyer !

L'emprise mentale qu'exercaient ce père (avec son épouse) sur leur fille mariée était vraiment incroyable, puisque cette dernière n'était même plus capable de se souvenir d'un seul moment de complicité avec son époux, de bonheur ou d'amour partagé...

Et dans sa souffrance personnelle, elle était persuadée de pouvoir accèder au vrai bonheur si elle anéantissait son conjoint en l'accusant de tous les maux et si elle le coupait de leurs propres enfants.

Au fond, l'"amputation du conjoint" semblait pour elle la solution facile et indispensable, pour preserver l'équilibre malsain de sa "famille toxique" et rester fidèle à ses parents ainsi qu'aux autres membres de sa famille, chacun étant aussi toxique que l'autre, et usant de la violence s'il le faut pour maintenir l'union au sein de leur famille toxique.

Fort heureusement, durant toutes ces années, les Tefilot et la Emouna de son conjoint qui se souciait sincèrement du bien-etre de leurs enfants, aidèrent à établir la vérité.

Une serie d'expertises et de longues demarches judiciaires révélèrent que cette jeune-femme vivait en dehors de la réalité, animée d'une haine "gratuite" alimentée par l'imagination noire de son entourage pour s'orienter vers ce qui a de plus méchant et immoral.. En fait, elle était "ensorcelée" par ses parents pour devenir au fond ce qu'elle n'etait pas : une vraie sorcière !


A ce propos, comme dirait le Rav Benchetrit : "la violence du reveil dépend toujours de la profondeur du sommeil", et pour réussir à s'en sortir il faut grandir dans sa Emouna, beaucoup prier, effectuer une Techouva sincère, réparer tous les dommages causés, et commencer un vrai travail psychologique sur soi à l'aide de professionnels.

En tout cas, la Loi juive stipule que le respect des parents s'efface devant l'obéissance de Dieu (que parents et enfants Lui doivent à égalité), et à plus forte raison lorsqu'il s'agit d'un projet aussi important que celui de bâtir son foyer juif dans le Shalom. Et pour ce faire, la Torah rappelle la règle d'or suivante : « L’homme abandonnera son père et sa mère » (Berechit 2 :24) s'il souhaite s'attacher comme il se doit à sa moitié. (Ici biensûr, l'homme désigne aussi bien le mari que la femme.)

D'ailleurs, lorsque Hachem recommanda à Avraham de quitter sa maison paternelle, Il lui dit "Lekh Lekha" qui signifie "Vas pour toi", "Lehanaatkha" pour ton propre "plaisir" et dans ton interet. Mais l'injonction "Lekh Lekha" signifie aussi "vas vers toi". C'est à dire, vas vers la réalisation de ton "être" et de tes aspirations profondes, en exploitant tous tes potentiels pour te réaliser et t'attacher à la vraie vie.

Aujour'hui, au sein de notre communauté, il est indéniable de constater que nombre de personnes sont entièrement dépendantes, même à l'âge adulte, du regard et de l'avis de leurs parents. Elles ne peuvent même pas vivre sans, car elles ont peur de la vie, peur de mal faire, peur de se tromper, peur de faire leurs propres choix.

Les parents toxiques se montrent tellement tout puissants, seuls à détenir la vérité, qu'ils écrasent leurs enfants qui perdent ainsi toute confiance en eux, et seront dans l'incapacité de faire leur propre choix et de l'assumer.

Prises au piège de ce cercle vicieux, les victimes de parents toxiques sont toujours dans le doute, se demandant sans cesse si leur dépendance et leur souffrance ne sont pas le fruit de leur imagination car après tout ils se disent : "mes parents sont tellement formidables ! Ils ont tout fait pour moi, ils savaient et savent encore ce qu'est la vie. C'est moi qui suis incapable !".

Malheureusement, les parents toxiques ne sont pas en mesure, sans doute à cause de leur propre souffrance, de respecter les besoins de leur enfant, ni ce qu'il est. Et ils restent persuadés d'oeuvrer pour le bonheur de leurs enfants !

De gré ou de force, ils façonnent leur enfant selon l'image idéale qu'ils ont de lui, et en réalité, il n'a pas le droit d'exister tel qu'il est. Ses besoins et sentiments propres sont systématiquement brimés car considérés comme idiots ou dangereux. Et comme cet enfant a besoin d'amour pour survivre, il va progressivement réprimer ses besoins et les considérer comme mauvais ou dangereux pour s'adapter au désir de ses parents. En somme, il devient ce qu'il n'est pas pour être aimé par papa/maman.

Une fois adulte, l'enfant grandit inévitablement dans le mal-être car après tout, il est impossible de renoncer à soi. Mais s'il se rebelle et tente d'échapper à la domination, alors la répression se fait à nouveau sentir : cris, paroles blessantes et humiliantes, regards assassins... Et il grandit ainsi dans une grande insécurité; il ne sait pas ce qui est bon ou mauvais pour lui, il a peur de faire des choix, de se tromper, et il a toujours besoin de l'approbation de ses parents pour avancer.

C'est un véritable cercle vicieux, un processus inconscient, un mode de fonctionnement toxique et destructeur.

Quoi qu'il en soit, la Emouna est notre confiance absolue en Dieu dans le meilleur choix qu'Il fait pour chacun de nous, dans notre vie sur terre, avec une famille toxique ou non, nos amis, notre conjoint, nos enfants... Tout !

L'essentiel etant d'aprendre à composer avec ces aspects de la vie et à s'en servir pour donner le meilleur de nous-mêmes. Et pour surmonter l'épreuve de la "famille toxique", il faut prier HM et trouver les forces pour effectuer son "Lekh Lekha" (Vas pour toi) en se détachant d'abord la maison de ses parents (physiquement & psychologiquement), et apprendre ensuite à garder les bonnes distances avec sa famille pour trouver sa voie et gouter au vrai bonheur de la Vie.

Qu'HM puisse aider ces Nechamot Tehorot à grandir dans leurs épreuves pour sortir de leur état comateux, et parvenir à pousser la porte de la Emouna (foi) et de la Sim'ha (joie), en s'attachant aux recommandations de notre Torah de vie, afin de se réaliser et d'exister.

Kol touv.
Yoël

NB : La Torah nous enjoint de respecter son père et sa mère. Cependant, de nos jours environ 70% des divorces au sein de notre communauté sont dûs aux problèmes causés par des parents/beaux-parents toxiques. C'est pourquoi, il faut énormément grandir dans sa Emouna BHachem pour ne pas s'associer aux manigances du Yetser Hara' qui investit ses efforts dans la destruction ; Et au contraire ! Il faut s'efforcer de construire et de preserver son propre foyer, en gardant les bonnes distances avec les familles/belles-familles, conformèment aux valeurs authentiques de notre Torah et d'Israël.
Hatsla'ha Rabba