Paracha Vayétsé - וַיֵּצֵא

 

 

Après avoir volé la bénédiction à ‘Essav son frère, sous le conseil de sa mère Rivka, Yaakov quitte Béer Shèva avec des biens, en direction de ‘Haran chez Lavan son oncle, pour épouser une de ses 2 filles (Ra’hel et Léa)…

‘Essav envoie Elifaz son fils, pour poursuivre Yaakov et le tuer. Face à Yaakov, il renonce à son projet meurtrier…  Avec l’accord de Yaakov, Elifaz le dépouille de tous ses biens  afin qu’il remplisse en quelque sorte sa tâche envers son père ‘Essav car, comme il est écrit dans Nédarim (64B)  « le pauvre est considéré comme mort »…

 

Au début de la Parasha, il est dit :   וַיֵּצֵא יַעֲקֹב, מִבְּאֵר שָׁבַע וַיֵּלֶךְ, חָרָנָה   «  Yaakov sortit de Béer Shéva, il alla à ‘Haran » pour se trouver une femme à marier...

Pourtant nous savons, d’après ‘Rachi’, que Yaakov a d’abord étudié 14 ans à la Yeshiva de Chem & ‘Ever avant de se rendre réellement à ‘Haran.

- Alors pourquoi est il écrit qu’il s’est rendu à ‘Haran ?

- De plus, doit-on penser en priorité à se marier ou à étudier ?

 

La Guemara Baba Batra répond :

 

-         Si l’homme est pauvre, il faut en priorité qu’il aille étudier, car se marier causera des soucis pour subvenir aux besoins du couple, et ne laissera pas la place à l’étude…

 

-         Si l’homme est riche, il faut en priorité qu’il se marie, car en ayant les moyens de vivre tranquillement en couple, il pourra se consacrer à l’étude…

 

ð     En quittant Béer Shéva avec des richesses, Yaakov se rendait effectivement à  ‘Haran pour faire un ‘Shidoukh (rencontre religieuse) avec une des filles de Lavan.

Mais, comme Elifaz le dépouilla de tous ses biens, une fois devenu pauvre, il changea son projet et alla en priorité étudier la Torah.

 

 

Pour décrire le départ de Yaakov, la Parasha utilise le terme וַיֵּצֵא  (« Vayétsé » = il est sorti) alors que la Haftara utilise le terme ויברח (« Vayivra’h » = il s’est réfugié, enfui)

 

En fait, ces 2 formulations sont vraies et font références à 2 raisons :

 

à וַיֵּצֵא : Il a quitté Béer Shéva pour accomplir la Mitsva de כיבוד אב ואם (« Kivoud Av Vaém », respecter son père et sa mère) qui l’envoyèrent chercher une femme pour se marier…

 

à ויברח : Il s’est enfui pour échapper à la colère de son frère ‘Essav qui voulait le tuer…

 

Remarque :

 

Dans le Passouk וַיֵּצֵא יַעֲקֹב, מִבְּאֵר שָׁבַע וַיֵּלֶךְ, חָרָנָה  Les premières lettres forment le mot וימש, les dernières lettres le mot ערב, ce qui nous apprend que Yaakov s’est enfui la nuit comme le dira plus loin la Parasha

ð     וימש ערב « Vayamech ‘Erev » = la nuit est venue

 


Lorsque Elifaz a rattrapé Yaakov, il n’était pas capable de le tuer car il avait tout de même été élevé dans une ambiance de sainteté par son grand père Ysaak et préférait discuter avec Yaakov…

Pourquoi Yaakov a donné tous ses biens à Elifaz au lieu de le raisonner et de le renvoyer chez son père ‘Essav ?

 

Histoire vraie : (Rabbi Salenter 1816-1909)

 

Rabbi Salenter était le Rav de Yerouchalaïm pendant plus de 50 ans. Un jour un homme le visita pour une Question délicate : « Mon fils vit en Europe et je viens de recevoir une somme très importante de sa part. Ce don ferait beaucoup de bien à ma famille et moi mais je ne sais pas si je dois l’accepter car mon fils travaille Shabbat ? »

Rabbi Salenter lui répondit alors avec un mot de Torah sur la Parasha Vayétsé : Yaakov n’a pas dit à Elifaz qu’il était interdit de tuer...  point final ! Car il ne voulait pas qu’il mente à son père ‘Essav. Il avait compris qu’il ne restait à Elifaz que la Mitsva du respect des parents. S’il mentait à son père, il aurait perdu la dernière attache qu’il avait avec Hachem. Yaakov s’est donc dit qu’il valait mieux lui donner tout son argent plutôt que de lui faire perdre la dernière Mitsva qu’il lui restait.

Puis, le Rabbi ajouta : « Il en est de même pour toi. Ton fils est encore attaché à une Mitsva, celle de respecter ses parents. Accepte ce don, et ne le prive pas du seul lien qui lui reste avec le judaïsme ».  ;o)

 

Remarque :

 

Quand Yaakov est arrivé chez Lavan, ce dernier le voyant sans aucune richesse l’embrassa fort pour voir s’il cachait des diamants dans sa bouche…

On remarquera que ce n’est vraiment pas par amour qu’il l’embrassa, vu que plus tard quand Yaakov quittera la maison de Lavan, Lavan embrassera tout le monde mais pas Yaakov…

 

 

Lavan avait 2 filles : Léa était l’aînée et Ra’hel la cadette. Il est écrit : «  les yeux de Léa étaient « ternes »… et «  Ra’hel était très belle »… וְעֵינֵי לֵאָה, רַכּוֹת וְרָחֵל, הָיְתָה, יְפַתתֹּאַר, וִיפַת מַרְאֶה

 

* Rachi nous explique que Léa se croyait destinée à ‘Essav,  elle en pleurait. En effet, tout le monde disait « Rivka à 2 fils et Lavan a 2 filles. L’aînée sera pour l’aîné, la cadette pour le cadet ».

 

* Le Midrash raconte que Léa était aussi une très belle fille, comme le dit le targum Onekoloss (יאין = « Yaayan » = Belle).  Seulement, elle a fait exprès de pleurer plusieurs jours afin de devenir indésirable et d’éviter ainsi de se marier avec ‘Essav le Racha (mauvais)…

Plus tard, Léa fera remarquer avec fierté cette initiative. En effet, elle appellera un de ses fils Chim’on, כִּישָׁמַע יְהוָה כִּישְׂנוּאָה אָנֹכִי « parce que Hachem a entendu qu’elle était haïe ». C'est-à-dire qu’elle a préféré devenir moche et détestable que de se retrouver épouse d‘un Racha.

 

 

Yaakov travaille 7ans chez Lavan afin d’épouser sa 2eme fille Ra’hel. Or la nuit des noces, Lavan dit à Léa de se faire passer pour Ra’hel et de rejoindre Yaakov sous sa tente…

Pour ne pas que Yaakov s’aperçoive de ce changement et que Léa soit humiliée, Ra’hel donne à sa sœur les signes qu’elle avait convenu de faire avec Yaakov pour se retrouver la nuit des noces…

Yaakov travaille encore 7 ans chez Lavan pour épouser finalement Ra’hel 7 jours après son mariage avec Léah.

Il épousera aussi Bilha (servante de Ra'hel) et Zilpa (servante de Lea) pour donner naissance au 12 tribues.

 

Remarques :

 

Au départ, Léa était haïe et humiliée du fait qu’elle se soit faite passer pour sa sœur la nuit des noces, comme Lavan le lui avait demandé…

Hachem l’a soutenue comme il est dit : וַיַּרְא יְהוָה כִּישְׂנוּאָה לֵאָה, וַיִּפְתַּח אֶתרַחְמָהּ וְרָחֵל, עֲקָרָה « Hachem vit que Léa était haïe, il ouvrit sa matrice. Et Ra’hel était stérile… »

 

Yaakov avait au total 4 femmes et devait avoir 12 garçons (les 12 pères des tribues).

Léa, qui n’était pas au départ aimée par Yaakov, eu sa reconnaissance à partir du 3eme enfant. Car pour avoir 12 pères des tribues, il fallait que chacune de ses femmes ait le mérite d’avoir au minimum 3 garçons. Ce qui fut le cas pour Léah quand elle enfanta Lévi, juste après Réouven et Chim’on.

 

Pirouch :

 

Pour les nominations de Réouven et de Chim’on il est écrit וַתִּקְרָא (« Vatikra » = elle le nomma) alors que pour Lévi il est marqué שְׁמוֹ קָרָא (« Kara Shémo» = il le nomma).

On apprend que cette fois-ci, Yaakov eu de la reconnaissance envers Léa et a lui-même nommé son 3eme fils Lévi (Lévi vient du mot « Yillavé » = maintenant mon mari m’accompagnera car j’ai eu 3 fils…).

 

Ra’hel était une femme pieuse « Tsadekette », mais elle envia sa sœur car elle était stérile. Elle dit à Yaakov : וַתֹּאמֶר אֶליַעֲקֹב הָבָהלִּי בָנִים, וְאִםאַיִן מֵתָה אָנֹכִי « Donne moi des fils, et s’il n’y en a pas je suis morte… »   Yaakov se mit en colère contre elle.

 

- Comment une femme Tsadekette peut elle envier sa propre sœur ?

 

* Rachi explique qu’il s’agit d’une bonne jalousie : En effet, elle enviait ses bonnes actions. Elle se disait : « si elle n’était pas plus vertueuse que moi, elle n’aurait pas mérité d’avoir des enfants ! »…

 

* En fait, Ra’hel était une vraie « Tsadekette » Elle voyait qu’Hachem avait exaucé les prières de sa sœur Léa pour avoir des enfants, parce qu’elle elle était détestée de tous, elle jalousa volontairement sa sœur, pour être à son tour détestable aux yeux de son mari et des autres, et implorer Hachem afin d’avoir des enfants…

 

- Comment se fait-il que Yaakov se soit mis en colère ?

 

D’après la Torah il nous est interdit d’épouser 2 sœurs pour cause principale, la jalousie.

Yaakov a épousé 2 sœurs Léa et Ra’hel, car il avait vu dans le futur que jamais la jalousie ne s’installera entre elles tellement elles étaient liée.

(Preuve en est : la nuit de noces, Ra’hel a donné à Léa ses propres signes pour ne pas qu’elle soit humiliée…)

Or, quand Ra’hel se mit à jalouser Léa « volontairement », Yaakov se mit en colère car il pensait avoir mal prédit les conséquences de son mariage avec les 2 soeurs…

 

* D’après le Ramban, l’interdiction de se marier avec 2 sœurs est encore plus grave en Israël. Apres s’être mis en colère, Yaakov s’est tout de suite calmé car il avait vu que Ra’hel allait mourir avant de rentrer en Israël…

 

 

Quand Yaakov quitte Lavan pour rejoindre ses parents, Lavan lui court derrière. Hachem lui est apparu en disant : עִםיַעֲקֹבמִטּוֹב עַדרָע  בַּחֲלֹם הַלָּיְלָה וַיֹּאמֶר לוֹ, הִשָּׁמֶר לְךָ פֶּןתְּדַבֵּר  « Garde toi de parler à Yaakov de bien et de mal »

 

- Pourquoi Hachem lui interdit de dire même du bien ?

 

Remarque :

A Pessa’h on raconte dans la Hagada : Hachem a endurci le cœur de Pharaon pour que les Bné Israël sortent d’Egypte contre sa volonté et parce qu’il n’avait pas le choix…

=> Ainsi, tout le mérite et les louanges reviennent a Hachem et non pas à une quelconque volonté de Pharaon.

 

De la même façon, dans notre Parasha, Hachem interdit à Lavan de dire du bien à Yaakov comme des bénédictions… car aucune bonne chose n’est due grâce à Lavan le Racha.

Tout est la volonté de Hachem, et c’est par sa volonté que Yaakov est devenu très riche…

 

Remarques :

  

* Rachi dit que ce qui est bien chez les impies, est un mal chez les justes.

 

* Parfois, il est même conseillé d’éviter de recevoir une bénédiction d’un Racha pour ne pas qu’on dise qu’elle est attribuée par son mérite.

=> En effet, une des raisons pour lesquelles Rivka était stérile est dûe au fait que son frère Lavan l’avait bénie pour qu’elle ait des enfants avant qu’elle aille se marier avec Yaakov. Ce n’est qu’après avoir prié Hachem qu’elle pu avoir des enfants…

 

 

Quand Yaakov quitta Lavan, Ra’hel vola le הַתְּרָפִים (« Térafim » = objet de culte païen, ‘Avoda Zara) de son père Lavan pour ne plus qu’il l’utilise. Quand Lavan rattrapa Yaakov, il décida de chercher partout son « Térafim » mais Ra’hel l’avait mise sur la selle du chameau et s’était assise dessus, elle dit à son père :  כִּידֶרֶךְ נָשִׁים לִי וַיְחַפֵּשׂ כִּי לוֹא אוּכַל לָקוּם מִפָּנֶיךָ אַליִחַר בְּעֵינֵי אֲדֹנִי  « Que ne s’enflamme pas la colère de mon maître car je ne pourrai pas me lever devant toi, parce que j’ai ce qu’ont les femmes… »

 

- Comment Ra’hel a  t-elle pu mentir à son père ?

 

* Dans la Guemara il est dit que le degré d’impureté de « Nida » et égale à celle de « ‘Avoda Zara » donc le fait qu’elle ait dit « j’ai ce qu’ont les femmes » n’est pas un mensonge en parlant de degré d’impureté.

 

* Avant, la sorcellerie était un don particulier chez les femmes, donc le fait qu’elle ait dit « j’ai ce qu’ont les femmes » n’est pas un mensonge  mais juste un jeu de mot pour dire qu’elle pouvait être une sorcières comme les autres femmes…

 

 

A la fin de la Parasha, avant que Yaakov n’entre en Israël il est dit que des anges le rencontrèrent  : הַהוּא, מַחֲנָיִם  אֱלֹהִים זֶה וַיִּקְרָא שֵׁםהַמָּקוֹם וַיֹּאמֶר יַעֲקֹב כַּאֲשֶׁר רָאָם, מַחֲנֵה  « quand il les vit, Yaakov dit : Ceci est le camp de Elokim ! il appela le nom de cet endroit Ma’hanaïm »

 

* Rachi explique le nom מַחֲנָיִם « Ma’hanaïm » par « 2 camps » : les anges de l’extérieur du pays et les anges du pays, qui étaient venus avec lui jusque là et ceux d’Erets Israël qui s’étaient portés à sa rencontre.

 

Remarque :

 

Nous remarquerons aussi qu’il y’a des anges de la semaine et des anges de Shabbat qui nous accompagnent. En effet, nous disons vendredi soir avant le kiddouch :

-         « Shalom ‘Alekhem… » (bienvenue, aux anges du Shabbat...)

-         « Betsetkhem Lechalom… » (au revoir, aux anges du ‘Hol, [de la semaine]…)


VOIR AUSSI...